Total signe son grand retour en Iran avec un contrat gazier géant En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/030423074609-total-signe-son-grand-retour-en-iran-avec-un-contrat-gazier-geant-2099259.php#dcv0mlLJLBzx0x2r.99

 

La major française, qui doit signer, ce lundi, un contrat gazier estimé à près de 5 milliards de dollars, est la première compagnie pétrolière occidentale à revenir dans le pays.

Total va pouvoir se targuer d’être la première compagnie pétrolière occidentale à revenir en Iran, deux ans après la levée des sanctions à l’encontre du pays, en 2015. Huit mois après avoir signé un protocole d’accord, début novembre 2016, la major française va transformer l’essai ce lundi, à Téhéran : elle va signer un contrat sur vingt ans pour le développement de la phase 11 de l’immense champ gazier de South Pars, a annoncé dimanche le ministère du Pétrole iranien.

Un projet gigantesque, dont Total sera l’opérateur avec 50,1 % aux côtés de la compagnie iranienne Petropars, filiale de la NIOC (19,9 %), et de la compagnie nationale chinoise CNPC (30 %). Patrick Pouyanné, le PDG de Total, fera le déplacement pour la signature, qui aura lieu en présence du ministre du Pétrole iranien et des dirigeants des compagnies concernées.

South Pars, plus grand champ gazier au monde partagé entre l’Iran et le Qatar, se situe dans le golfe Persique à 100 kilomètres des côtes iraniennes. Le développement de sa phase 11 coûtera, selon les estimations du ministère, 4,8 milliards de dollars : il doit permettre de produire 370.000 barils équivalent pétrole par jour (soit plus de 10 % de la production de Total), qui seront réservés au marché local à partir de 2021.

Le projet sera mené en plusieurs étapes. La première, qui prévoit la construction de 2 plates-formes, de 30 puits de production et de 2 gazoducs reliant le champ aux installations de traitement du gaz à terre, coûtera à elle seule 2 milliards de dollars. «  Elle représentera pour Total une exposition financière de 1 milliard de dollars, qui seront financés en fonds propres », explique le porte-parole. La seconde étape, qui sera engagée «  lorsque cela sera rendu nécessaire par les conditions du gisement », prévoit la mise en place d’installations de compressions en mer.

 

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/030423074609-total-signe-son-grand-retour-en-iran-avec-un-contrat-gazier-geant-2099259.php#xtor=RSS-153

Advertisements

Total signs major Iran gas deal

Iran has signed a major agreement with the French energy giant Total for the development of what it says will be the last remaining section of its huge South Pars gas field.   

The agreement for the development of Phase 11 of South Pars was signed between the National Iranian Oil Company (NIOC) and Total which would team up with China National Petroleum Corporation (CNPC) and Iran’s Petropars in the project.

The consortium would make a total investment of $4.8 billion in Phase 11 – what is already expected to break the ice for major post-sanctions investments in the country.

Iran expects to produce as much as 56 million cubic meters per day of natural gas from the field once it is in full swing.

FULL ARTICLE

 

 

 

Total – Contrat historique en vue en Iran

Six ans après son départ d’Iran suite aux sanctions ayant affecté le pays, Total engage son grand retour en franchissant une première étape très symbolique : le groupe français a annoncé ce mardi avoir signé un protocole d’accord avec la compagnie nationale iranienne pour le développement de la phase 11 de l’immense champ gazier de South Pars, confirmant l’information donnée lundi par le ministère iranien du Pétrole.
Un projet gigantesque, que Total dirigera avec 50,1 % des parts, aux côtés du chinois CNPC (China National Petroleum Corporation), qui en détiendra 30 %, et de la compagnie iranienne Petropars (filiale à 100 % de la compagnie nationale NIOC), qui elle en possèdera 19,9 %.
Selon le ministère, la signature d’un accord final pourrait prendre encore six mois. Total a indiqué que des négociations exclusives allaient s’engager afin de finaliser un contrat définitif d’une durée de 20 ans, « sur la base des termes techniques et économiques définis dans le protocole d’accord ». Le développement de la phase 11 comportera deux étapes. La première prévoit la construction de deux plateformes, 30 puits et deux lignes de connexions à des installations à terre, pour un montant de 2 milliards de dollars. Une seconde étape prévoit la construction d’installations de compression offshore, précise encore Total. A lui seul, ce projet permettra de produire 370.000 barils équivalent pétrole par jour de gaz.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211469440266-total-engage-son-retour-dans-lexploitation-gaziere-en-iran-2041083.php#PW2mkQUdrtjOmW1r.99