Sushi Shop va en Iran

Le leader du secteur lance une collection signée du chef japonais installé en France Kei Kobayashi et adopte un nouveau ton marketing.

En 2017, Sushi Shop renoue avec les collaborations menées avec des chefs reconnus. La dernière remontait à 2014 autour d’une collection signée par Joël Robuchon. Cette fois-ci, c’est vers un chef japonais installé dans l’Hexagone que l’enseigne s’est tournée. Etoilé, Kei Kobayashi interprète à sa manière la gastronomie française dans son restaurant parisien Kei. Pour Sushi Shop, il mêle les influences et signe un maki du jardin, axé sur le végétal avec des zests de yuzu et du sésame, une salade de concombre au miso rouge ou un gyu roll à base de boeuf.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0211681951928-sushi-shop-remet-laccent-sur-le-japon-2056339.php#KwiKRUc1sbm6o8e7.99

Le renouvellement des propositions fait partie des axes clefs suivis par la marque pour tirer son épingle du jeu sur un marché à l’offre importante et sur lequel certains connaissent des difficultés. En 2016, Sushi Shop a, lui, enregistré un chiffre d’affaires global de quelque 185 millions d’euros, en hausse de près de 11 %. En France où il a 88 boutiques, ce sont les régions qui tirent la croissance, même si les ventes à Paris – une zone mature – ont progressé d’environ 5 % à périmètre comparable.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0211681951928-sushi-shop-remet-laccent-sur-le-japon-2056339.php#KwiKRUc1sbm6o8e7.99

A l’étranger, l’enseigne au nom anglo-saxon n’a pas de connotation particulièrement française. Elle en profite pour s’y développer. Son aventure américaine s’est certes arrêtée, son partenaire ayant choisi de reprendre la main avant de, finalement, jeter l’éponge. Mais, à Londres, où elle détient trois points de vente en propre, trois autres vont arriver. En Suisse aussi, elle se développe seule. Côté franchise, de nouveaux pays arrivent cette année comme l’Iran, l’Arabie saoudite ou le Liban, mais aussi l’Autriche ou les Pays-Bas. De quoi compléter les 29 magasins à l’international actifs en 2016.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0211681951928-sushi-shop-remet-laccent-sur-le-japon-2056339.php#KwiKRUc1sbm6o8e7.99
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0211681951928-sushi-shop-remet-laccent-sur-le-japon-2056339.php#KwiKRUc1sbm6o8e7.99