Comment organiser votre session de travail? (partie 2) 

(1) Analyser et planifier

Qu’est-ce que vous allez faire ? Quel est votre objectif pour aujourd’hui et pour cette session ?

Il vaut mieux réfléchir avant toucher le piano. Imaginez-vous comment vous voulez jouer,  regardez et analysez encore fois la partition sur laquelle vous allez travailler.

(2) Définir les objectifs réels pour chaque session de travail

Quel problème je dois résoudre aujourd’hui ? :

•           Apprendre un passage sur lequel  je bute toujours ?

•           Travailler la balance des voix sur la première page / sur 2 lignes / sur 2 mesures .

•           Mémoriser 2 lignes / 2 mesures .

•           Travailler la main gauche          

•           Travailler les voix séparément  pour les pièces polyphoniques

L’objectif et le plan de travail doivent être concrets  et il faut les réaliser avant la fin de session.

L’habitude de régler un problème avant d’aller à l’autre est très important pour les pianistes, dont la pratique contient toujours un million de petits défis .

Il vaut mieux prendre le temps, peut-être plusieurs sessions, pour perfectionner ou mémoriser quelques mesures  que de toujours le remettre « à plus tard » . Dès que le problème est identifié il doit être corrigé au plus vite et non pas plus tard.

(3) Les objectifs sont plus importants que le temps passé au piano .

Dès le départ il faut apprendre à établir des objectifs réalistes , c’est-à-dire assez simples, par exemple, 2 mesures au lieu de 2 pages . L’objectif doit être réalisable pendant la durée de session (15-30-45 minutes) . Normalement , on divise le morceau en  phrases musicales sur lesquelles on travaille pendant une session.

(4)  Doigts corrects

Dès le départ il est très important de trouver le doigté correct et de mémoriser les positions correctes .

(5)  Les passages épineux

Pour perfectionner un passage ardu il vaut mieux   le répéter avec une vitesse variée à l’AIDE D’un métronome .   Changez la structure rythmique, vous pouvez accentuer notamment les triplets ou  vous pouvez marquer toutes les1e notes  dans les séries de 4. Par ailleurs ce pourrait être efficace de  transposer les phrases compliques à l’autre tonalité.

Prenez votre temps pour travaille un passage dur, beaucoup de temps s’il faut, lentement, calmement, jusqu’à vous pouvez le maitriser.  Cela pourrait être pénible et paraitre éternel, mais il vaut la peine de résoudre le problème sans tarder.

Il faut mieux mémoriser les passages compliques, d’abord la partition de la main gauche, après celle de la main droite. Cela vous aidera même si vous n’avez pas envie de jouer la pièce entière par cœur.  Essayiez d’imaginer le clavier quand vous jouer , regarde les clavier et observez « la dance » des doigts pour activer le mémoire visuel en plus de mémoire mécanique des doigts.  (Attention, imaginez-vous le clavier et pas le texte de partition)

Ne commencez pas à travailler du début d’un morceau. Pour chaque session de travail prenez des parties différentes. Peut-être il faut mieux de commencer le travail à partir de milieu  / fin de morceau . Même le déchiffrage mérite d’être démarré de la fin et pas du début.  Travaillez-vous une phrase par phrase et surtout pas du début jusqu’à la fin.

(6) Pratiquez lentement

Je devrais mette ce conseil au début de cet article et l’écrire en lettres majuscules.

 Je comprends très bien que les pianistes ambitieux sont ennuyés de jouer lentement . Moi aussi, c’est ma faute trop souvent.

 Pourtant, j’ai une expérience de connaitre que si je joue lentement assez de temps et si je maitrise très bien toutes les détails, je n’aurai aucun problème d’aller à la vitesse. Cernez-vous et ayez-vous de la patience.

Si vous jouez avec des erreurs votre cerveau apprend des erreurs. En effet cela vous fait du mal de répéter des erreurs davantage . Métronome vous accompagne pour aller à la vitesse.  Au moment où vous commencer des faire les erreurs, il faut reculer à la vitesse inferieure et analyser, retravailler les passages qui vous gênent .

Pour la réussite vous allez apprendre à être méthodique. Même quand vous connaissez bien le morceau, ça  va la peine de commencer lentement pour se réchauffer et activer votre cerveau .

(6) Mémorisation

Apprenez par cœur les petites phrases musicales, toujours les mains séparées.  Cet approche vous permet de stimuler le mémoire analytique et visuel en plus du mémoire mécanique.

7: Jouez diversement

Changez la routine, changer le rythme, la dynamique sonore, accélérez / ralentissez, changer legato pour staccato etc.  Changer les sentiments, jouez des rôles.  Amusez-vous pendant l’entrainement pour trouver votre voix et votre expression.

Musicalement, Lada Bell

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: